3ème Cycle – CEM

Solo

ANDRÈS BernardAcrospores – Hortensia, 1984.
3 pièces pour hp
Peut aussi être abordé à la fin du 2ème cycle.

ANDRÈS BernardAnamorphoses – Hamelle, 1979.
durée : 6’30’’
pour hp
Nombreux modes de jeu.
Enregistrement dans le CD Bernard Andrès joué par Isabelle Perrin (Hortensia 3003842 / ARC 321).

BOSSEUR Jean-YvesQuarante quatre – Billaudot, collection Panorama vol.2, 1987.
durée : 3’
pour hp
niveau : début de 3ème cycle ou fin du 2ème cycle
Écriture mesurée, différents modes de jeu, contrastes de nuances.

BRESCHAND HélèneMinotaure – Misterioso, collection Fil Rouge, 2008.
durée : 8’
pour hp
« C’est l’histoire ensanglantée du Minotaure, mi-homme, mi-bête, qui tourne en rond dans son labyrinthe, balançant entre violence bestiale, et désespoir de l’homme solitaire, essayant continuellement d’échapper à un destin… » (Hélène Breschand)
Utilisation d’un archet et d’une superball.
Certaines parties assez gestuelles laissent une souplesse d’interprétation, d’improvisation.
Jeu de glissés de pédales, zinguages, pulsations intérieures à sentir.
Enregistrement d’Hélène Breschand dans le CD « le gout du sel » (d’autres cordes)

BRESCHAND HélèneImprovisation I – Les signes de l’arc, 1998.
pour hp
Écriture non mesurée. Utilisation de mini pinces à linge. Ouverture à l’improvisation.
Enregistrement dans le CD « Hélène Breschand joue… » (in situ 190)

BRESCHAND Hélène Improvisation II – Les signes de l’arc, 1998.
pour hp
Écriture non mesurée, très graphique. Ouverture à l’improvisation.
Enregistrement dans le CD « Hélène Breschand joue… » (in situ 190)

CAVANNA BernardCinq pièces pour harpe – Éditions musicales Européennes, 2000.
durée : 10’
pour hp
« Ces pièces sont à considérer comme des regards ou des impressions croisés : celui de l’enfant sur le monde ou celui de l’adulte sur l’enfant.
Dans un style simple, dépouillé, ces pièces, quasi primitives, évoquent tantôt des portraits d’enfants, tantôt de naïves émotions.
Les Cinq pièces pour harpe portent ainsi les noms de : Anja, Sanza, Barbare, Sidonie, Novembre. » (B. Cavanna)
L’écriture est dans l’ensemble traditionnelle. La 2ème pièce nécessite l’utilisation d’un étouffoir (ou sons xylo). La 5ème pièce développe un travail de timbre intéressant avec alternance de notes normales et de notes pdlt, le tout sur une pulsation, un continuum.
Les 5 pièces sont indépendantes et peuvent être travaillées séparément.
Enregistrement de Isabelle Daups dans le CD « Trio Polycordes vol.2 » (LFM 11101)
Partition disponible en téléchargement gratuit sur le site de Bernard Cavanna

CHAYNES CharlesLyre – Paris, Leduc, 1980.
pour hc
durée : 9’30

DEVČIĆ NatkoStructures transparentes – édition Gerig, 1966.
pour hp
Non mesuré mais pulsé
Différents modes de jeu

DEVČIĆ NatkoStructures volantes – édition Gerig, 1971.
pour hp
Non mesuré mais pulsé
Différents modes de jeu

DUCREUX Emmanuel Retour sur paysages – Harposphère, 2006.
durée : 7’
pour hp
Suite de 5 courtes pièces qui s’enchainent
Non mesuré
Cette œuvre est une succession de paysages sonores mettant en valeur les possibilités de la harpe sans toutefois utiliser d’effets spéciaux.
Les variétés de tessitures, de dynamique, de rythmique parfois « proche du chaos », le jeu même du harpiste qui commence la pièce en étant debout, tout est propice à nous entraîner dans un voyage qui nous est propre.
La première pièce, répétitive, se réfère à certaines œuvres tardives de György Ligeti, et bien sûr à Steve Reich et Terry Riley, compositeurs américains emblématiques du genre.
La deuxième pièce, elle, fait référence aux rythmes grecs avec les valeurs caractéristiques de « brèves » et « longues ».
Le côté mécanique « comme un automate » de la 3ème pièce demande une grande précision de jeu, tant pendant les phrases musicales qu’entre celles-ci.
La quatrième pièce réclame, selon Emmanuel Ducreux, une « débauche d’énergie » contrastant avec la poésie sonore de la cinquième et dernière pièce.
Le soin gestique de l’exécutant lors des enchaînements des pièces fait partie du paysage, cette œuvre ne formant qu’un tout. (Véronique Ghesquière)

FINZI Graciane Rythmes et sons – Éditions Musicales Transatlantiques, 1983.
pour hp
Une partie mesurée et une autre non mesurée.
Superposition de 2 tempi différents.

FOURNIER Marie-HélèneLune rousse – L’hippogriffe, 1994.
durée : 4’30’’
pour hp
Non mesuré, écriture proportionnelle, gestuelle.
Pièce qui implique une attitude théâtrale.

FOURNIER Marie-Hélène4 autres Muses – Artefact, 1997.
pour hp
Muse lutte et Cristaux de lune sont adaptées au début du 3ème cycle.
Pièces mixtes : harpe et bande magnétique.
La partition est accompagnée d’un CD.

HOLLIGER HeinzSequenzen über Johannes I, 32 – Schott, 1962.
pour hp
Écriture précise et contrastée, à l’intérieur de mesures dont la durée est déterminée.
La pièce porte en sous-titre la phrase de l’Évangile selon St Jean évoquée par le titre : « Ich sah, daß der Geist herabfuhr wie eine Taube vom Himmel, und blieb auf ihm. » (J’ai vu l’Esprit, tel une colombe, descendre du ciel et demeurer sur lui.)

HOSOKAWA ToshioTwo Japanese folk songs and Gesine – Schott Japan, 2009.
pour hp
Falling cherry blossoms
Lullaby of Itsuky
durée : 8’
Mélodies traditionnelles, emploi de modes de jeu. Bonne approche de l’écriture d’Hosokawa.

ISHII Maki A gleam of time, op. 53 – Moek, 1983.
pour hp
durée : 8’09
dédié à Toru Takemitsu
Alternance de notation mesurée et notation proportionnelle avec indications de durées.

LEJET EdithMétamorphoses – Éditions Musicales Transatlantiques, 1982.
durée : 3’30’’
pour hp
Écriture proportionnelle, à l’intérieur de mesures dont la durée est déterminée
Enregistrement sur CD par Catherine Michel (Sepm Quantum 94 :122166 SM 94-2)

LOOTEN ChristopheOrphée – Billaudot, 1990.
durée : 2’10’’
pour hp
Travail sur les notes étouffées tout de suite après l’attaque.
« Cette pièce est fondée sur l’opposition entre deux modes de jeu à la harpe : celui qui consiste à « étouffer » le son, et celui qui, au contraire, laisse le son vibrer lentement.
Dans la partition, les notes écrites x doivent être étouffées aussitôt qu’elles ont été entendues. En revanche, on laissera sonner les notes écrites normalement ♪ jusqu’à ce qu’elles s’éteignent d’elles-mêmes ou qu’elles soient jouées étouffées.
Les « petites notes » doivent toutes être jouées aussi vite que possible et sur le temps. »
(C. Looten)

MIROGLIO FrancisRumeurs – Amphion, 1978.
pour hc ou hp
Écriture non mesurée ; différents effets ; utilisation de baguettes.

PETIT JacquesBleu Nuit – Rideau Rouge, 1976.
durée 5’
pour hp
Écriture non mesurée, assez rythmique, travail sur la sonorité.

ROTONDI UmbertoCinque Episodi – Suvini Zerboni, 1964.
pour hp

SCHÄFFER BoguslawFünf kurze Stücke für harfe – Moeck, 1964. [épuisé]
durée : 1’45’’ + 1’15’’ + 1’55’’ + 2’45’’ + 1’20’’
pour hp
niveau : peut être abordé aussi en fin de 2ème cycle
Les pièces sont indépendantes les unes des autres et assez brèves, composées de séquences courtes, permettant un travail de découverte.

SCHERCHEN-HSIA0 TonaOnce upon a time – Amphion, 1979.
durée : 7’
pour hp
Écriture proportionnelle à l’intérieur de mesures pulsées.

SERVIÈRE AntoninDeux moments – Delatour, 2013.
pour hp
Moment d’hiver… op. 7a
durée : 6’
et moment d’infini op. 7b
durée : 3’

STRASNOY OscarEco n°2 – Editions Chant du Monde, 2009.
pour hp
Extrait de 14 pièces en hommage aux 14 Sequenze de Luciano Berio, la 2ème étant pour harpe
durée : environ 3’
Utilisation de la voix parlée

TÔN-THÂT TiêtPetite souris – Jobert, 1999.
durée : 3’15
pour hp
Extrait de la musique du film de Tran-Anh Hung : À la verticale de l’été
Enregistrement par Laurence Bancaud dans le CD de la bande originale du film (Naïve Y 225096)

TÔN-THÂT TiêtHôi Ký – I.M.D Diffusion Arpèges, 2014.
pour hp
durée : 6’30
Une bonne approche de l’univers de Tôn-Thât Tiêt. Notation très fine des nuances.

Musique d’ensemble

CARRIÈRE PierrePrélude et fiesta, pour deux harpes – Harposphère, 1990.
Prélude non mesuré
Travail rythmique
Utilisation de baguettes de timbales et d’un archet de contrebasse.

GINER BrunoDistorsions, pour deux harpes – Billaudot, 1986.
durée : 8’30’’
Notation proportionnelle

GLAUS DanielBisbigliando, pour guitare(s) et/ou harpe(s) celtique(s) – Nepomuk Musik Verlag, coll. Nicola Hanck, 2000.
pour 2 à 3 exécutants
La partition se présente comme un jeu de cartes à découper. 6 cordes accordées en quarts de ton.
« Un jeu de cartes ? Six fois six miniatures, (chacune sur une carte) et six cartes vierges (pour une pause d’écoute ou une improvisation) forment un tout. Les gestes de battre les cartes, de les distribuer aux interprètes et de lancer le dé font de l’exécution un jeu contamment changeant et dirigé par le hasard : un kaleidoscope sonore et miroitant. » (Daniel Glaus)

ROSSÉ FrançoisSchrax’lauf, pour clarinette (ou saxophone soprano), flûte et harpe – Misterioso, 1996.
durée : 4’
Utilisation d’un étouffoir.
Écriture qui passe du mesuré au non mesuré, pulsée par moment.

ROSSÉ FrançoisSéaodie III, pour saxophone alto et harpe – Billaudot, 1989.
durée : 3’

SCHUEHMACHER GillesDenudare, ode de Pierre Toreilles pour soprano et harpe – Les Éditions Musicales Contemporaines, 2002.
durée : 11’

SERVIÈRE AntoninTrio op. 8, pour flûte, alto et harpe – Delatour, 2013.
durée : 10’

TALLET MarcChrysalides, pour saxophone alto et harpe – EME, 1984.

TISNÉ Antoine« Après », pour clarinette et harpe – Paris, Billaudot, 1986.
durée : 8’42
Sur un poème de David Niemann

TAÏRA YoshihisaPrélude bleu, pour flûte en sol, basson et harpe – Rideau rouge, 1978.
durée : 5’20

TAKEMITSU ToruToward the sea III, pour flûte en sol et harpe Schott, 1989.
durée : 12’

TÔN-THÂT TiêtNiêm, pour flûte en sol et harpe – Éditions Musicales Transatlantiques, 1974.
durée : 6’30’’
Écriture proportionnelle
Le niêm est une méditation bouddhiste récitée à voix basse.
« Niêm est un cri et en même temps une prière qui s’élève dans un monde chaotique. Une prière dans l’acception non religieuse, pour un monde plus juste où la haine s’effacerait et l’homme vivrait dans la fraternité. Les sons effleurent ou frappent violemment le silence comme pour réveiller la conscience de l’homme ». (Tôn-Thât Tiêt)
Enregistrement CD par Frédérique Cambreling et Emmanuelle Ophèle (REM 311232)

WYTTENBACH Jürg« …ist doch alles SCHALL und RAUSCH…”, pour clarinette et harpe (plus bruits parasites) – Nepomuk, coll. Nicola Hanck, 1999.
durée : 7’
pour hp
« …ist doch alles SCHALL und RAUSCH…”, (“… tout est donc SON et GlisSonDo…”) est formé de cinq brefs duos intitulés : Fanfare, Petite Marche en cadence rompue, CRESCENDO, Que ça cloche !, Sans/Sons fin ? Les cinq miniatures sont traversées de sonorités, murmures, mots et gestes. (Jürg Wyttenbach)

 

Au-delà de la liste proposée ici pour le début du 3ème cycle s’étend tout le répertoire écrit pour la harpe par les compositeurs suivants :
Gilbert AMY, Georges APERGHIS, Alain BANCQUART, Luciano BERIO, Jose-Luis CAMPANA, Marius CONSTANT, Franco DONATONI, Ivan FEDELE, Philippe HERSANT, Heinz HOLLIGER, Toshio HOSOKAWA, Michaël JARRELL, Betsy JOLAS, Mauricio KAGEL, Sylvain KASSAP, Alain LOUVIER, Witold LUTOSLAWSKI, Ivo MALEC, Patrick MARCLAND, Martin MATALON, Francis MIROGLIO, Bruno MANTOVANI, Ichiro NODAÏRA, Emmanuel NUNES, Michèle REVERDY, François ROSSÉ, Kaija SAARIAHO, Giacinto SCELSI, Raymond Murray SCHAFER, Gunther SCHULLER, Patrice SCIORTINO, Yoshihisa TAÏRA, Toru TAKEMITSU, Antoine TISNÉ, TÔN-THÂT Tiêt, etc…